Zámek Žďár

Jindřich Řezbář

1242 – à 1300

La chronique latine du monastère de Žďár « Cronica domus Sarensis » témoigne du peuplement progressif de la partie haute de la région du Posázaví dès la première moitié du 13ème siècle jusqu’à 1300 et des fondateurs du monastère de Žďár – les seigneurs de Křižanov et les seigneurs de Lichtenbourg. Elle est également une source précieuse qui nous renseigne sur la vie quotidienne de l’époque. Le moine cistercien Jindřich Řezbář en est l’auteur.

Il arrive à Žďár avec son père, le maître tailleur de pierre Ekward en 1257. Les écrits ne nous disent pas où vivait la famille avant. Jindřich prend sa place parmi les moines du monastère cistercien et 1263 devient sous-diacre. Quatre ans plus tard, cependant, il quitte le monastère. Il ne revient à Žďár qu’au déclin de sa vie en 1294, après 26 ans d’absence. La chronique reste silencieuse sur ce qu’il a fait durant cette période où « il s’est éteint et s’est éloigné du Christ ». Comme pénitence à son retour il sculpte un banc d’église et c’est en mémoire de cet acte qu’il obtient le surnom Řezbář (de sculpteur sur bois). Il écrit aussi la chronique du monastère de Žďár mentionnée plus haut, dans laquelle il décrit la fondation, la construction et les premières années de l’entretien du monastère de Studnice Bienheureuse Vierge Marie, le nouvel emplacement de la petite ville de Žďár ainsi que quelques miettes de sa propre vie. Il est probable que l’ait commencée en 1300. Les annales historiques ne disent rien du lieu et de la manière dont ce pécheur racheté a fini sa vie.

Vous pouvez être intéressé